Bon à savoir : La croissance des plantes

Bon à savoir : La croissance des plantes

20 juin 2020 0 Par Anthony

Les plantes, comme tous les êtres vivants, grandissent et développent avec le temps des tissus plus spécialisés. Par exemple, les tissus reproducteurs que certains légumes ne développent pas complètement avant d’avoir atteint un certain âge (semblable à la maturation sexuelle des animaux). En biologie, le développement est appelé l’ensemble des deux facteurs : croissance de la masse et de la taille corporelle et spécialisation tissulaire.

Contrairement aux animaux, les légumes ne poussent pas proportionnellement dans toutes les directions. La plupart des légumes ont une croissance directionnelle, de haut en bas. La croissance primaire, qui est ce qu’on appelle cette croissance dans les deux sens, a lieu uniquement à partir de la pointe des racines et de la pointe du méristème apical. Des cellules indifférenciées se trouvent dans ces zones, avec le potentiel de donner naissance à presque tous les tissus, avec des caractéristiques similaires aux cellules zygotes dans leurs premiers stades de différenciation.

En plus des méristèmes principaux, comme on les appelle l’extrémité principale de la racine et l’extrémité principale de la tige, les plantes donnent généralement d’autres racines et d’autres branches, qui proviennent soit du même point que celui-ci, soit de différentes hauteurs de la racine ou branche principale. Cette capacité à donner une toute nouvelle branche ou racine à partir d’un tissu prétendument différencié confère aux légumes une plus grande plasticité par rapport aux animaux. Cela est dû au fait que les cellules qui n’ont pas atteint un niveau de développement élevé et conservent toujours la capacité de générer différents types de cellules sont conservées dans les tissus végétaux développés, en plus du fait qu’une racine ou une branche contient un plus petit nombre de types de cellules qu’un membre animal.

La croissance secondaire

Les plantes dicotylédones et quelques monocotylédones sont capables, de manière secondaire, de s’épaissir. Cette croissance secondaire se produit à la fois dans les racines et dans la partie aérienne. La croissance secondaire est courante dans les plantes vasculaires, où le cambrium continue de croître en continu pour fournir la masse foliaire en croissance. Il est fréquent que dans ces arbres l’épiderme se brise à la suite de cette croissance des tissus internes. Pour cette raison, ce type de légume développe également un cambrium suberose ou félogénique qui recouvre l’épiderme de la plante. Le phylogène est un tissu qui stocke de la suber, ce tissu peut s’accumuler sur l’épiderme de la plante et se reconstituer au fur et à mesure que le tronc grossit (ce tissu est ce qu’on appelle communément le liège ou l’écorce).

Chez les animaux et les plantes, l’emplacement d’une cellule est important pour décider de son sort cellulaire. Cependant, chez les plantes, cette signalisation entre les cellules semble être plus importante, dans la mesure où les méristèmes secondaires (qui donneront de nouvelles branches ou racines) ne commencent à se développer que lorsque le méristème principal s’est suffisamment éloigné pour que les signaux hormonaux qu’il émet pour empêcher leur développement, arrêtez de les atteindre.

L’influence de la lune sur la croissance des plantes

Bien que pour certains cela puisse encore sembler magique, il est plus que démontré que les phases de la lune influencent beaucoup de choses: dans les marées, dans les accouchements (il est vrai que la relation n’est pas connue, mais il est vrai qu’à la pleine lune, naissent plus d’enfants), et bien sûr, dans la croissance des plantes .

La force gravitationnelle de la lune influence la sève des plantes, affectant la photosynthèse, la germination des graines et les mouvements de sorte qu’elle monte ou descend des racines vers la zone la plus haute.

De la nouvelle lune au croissant, pour la rendre plus facile à reconnaître, c’est à partir du moment où nous ne voyons pas la lune jusqu’à ce qu’elle apparaisse en forme de D. À ce stade, le mouvement des eaux souterraines est considérable, la croissance du feuillage et des racines est favorisée.

En ce qui concerne la germination, comme il y a plus d’eau disponible, les graines à germination rapide, comme le riz ou le maïs, absorbent l’eau plus rapidement, donc ces graines sont semées deux ou trois jours avant la nouvelle lune.